Bavardages et souvenirs avec Laurent Cassagne de Lobotomy Contingent Productions (entre autres)

 

Fraction waw un-limited

« John Hirsute en direct de Montreuil, pour vous présenter la sortie du livre tant attendue « Fraction Waw Un-Limited » édité par « Lobotomy Contingent Productions » (NDLR : Ouvrage chroniqué dans le numéro précédent de l’HIRSUTE). Impossible de parler de cet ouvrage sans vous présenter qui se cache derrière le « Lobotomy Contingent ». Activiste acharné des sonorités PUNKS, durant les années 80 et 90, Laurent Cassagne aura participé à notre surdité. Si…Si…J’insiste ! Je repasse l’antenne à Warren Bismuth, en attendant l’arrivée du « Lobotomy Contingent », car je crois que vous aussi cher Warren vos tympans s’en souviennent. Ici John Hirsute, à vous Suze-Jay ». « Oui tout à fait John, dans ce bouquin, Laurent raconte que le fanzine « Fraction Waw Ltd» fut un déclic pour lui, qu’il lui fit prendre conscience de tout un nouveau monde à explorer, que c’est de là que « tout » est parti. Cela me touche, me parle et m’interpelle car, en effet, me concernant, c’est justement de Laurent que tout est parti. Si je connaissais déjà le PUNK, je n’en connaissais aucun rouage, j’étais loin de penser que toute une société secrète vivait loin des médias, s’organisait comme dans un souterrain en créant ses propres médias, labels, collectifs, etc. Le premier fanzine que j’ai lu est « Deadfuck Commando/Gabba Gabba Fuck ! » (Quel nom étrange tout de même) de Laurent, j’ai découvert des kilomètres de groupes par le biais de son émission « Media Blitz » diffusée à l’époque sur une radio libre. Je n’ai rencontré Laurent qu’une fois il me semble (à un concert d’O.T.H., une belle mémoire ne peut pas oublier cela), mais tout ce qu’il a fait pour développer un mouvement à l’époque encore balbutiant doit être aujourd’hui dénoncé ! Sans lui je ne serais peut-être pas venu vous faire chier, pas de la même façon en tout cas, toutes les plaintes sont donc à envoyer directement à son contact. La direction décline toute responsabilité et toute sortie est définitive ». « Je vous remercie pour votre poignant témoignage Warren, Je reprends l’antenne car notre invité vient d’arriver à l’instant apportant avec lui une poignée de dessins de Grosbert… ».

C’est la nostalgie qui te fait reprendre du service ? Un sentiment d’avoir vécu une époque précieuse que tu souhaites partager ?

La nostalgie ? Non, pas vraiment,… C’est plus le fait d’être retombé sur Thierry du fanzine Rotten Eggs Smell Terrible en 2010, ou un truc comme ça, et nos conversations qui ont amenées l’idée que « Ouah ! Comment ça serait trop terrible de sortir l’intégrale de Fraction Waw Ltd ! », le fanzine qui m’a donné l’idée et l’envie de faire le mien au départ (« Gabba Gabba Fuck ! » 1983-1989) et que Thierry a embauché dans le sien au début des années 2000 ; Des idées comme ça, tout le monde en a tout le temps, autour d’une bière ou d’une bouteille de pinard, ça te fait la soirée et puis après t’y penses plus, t’as d’autres trucs à faire,… Mais parfois tu vas plus loin, voire carrément jusqu’au bout de l’idée. Ce que j’ai fait ! Peut-être l’envie de reprendre du service qui a déclenché ? Envie elle-même déclenchée par la nostalgie ? Les enfants maltraités ne seront peut-être pas d’accords avec moi, mais on est tous plus ou moins nostalgiques de notre enfance, adolescence, non ? Si on s’est autant marré que nous quand on était mômes, à faire les uns du rock’n’roll, les autres des fanzines, des dessins, des photos, ou juste être par-là, on est forcé de s’en souvenir avec un certain plaisir. Mais on aurait pu faire mieux, du genre naître à Londres, à New York un peu plus tôt, ou même carrément dans le futur (du coup on serait jeunes bientôt à nouveau !). Ou bien pire,… Pas un truc qu’on choisit, ni le lieu, ni l’endroit. Non, pas pour partager mes/nos souvenirs d’enfance, de jeunesse,… L’idée était plus de remettre sur la table un excellent fanzine « Fraction Waw Ltd », autant pour ceux qui l’avait connu à l’époque, que pour les autres tout en rendant hommage à son créateur, Georges akaGrosbert Le Malfrat, un vrai de vrai, tombé dans la marmite du rock’n’roll à 12 ans et qui y a consacré sa vie ! Guitariste de A-Bomb à Strasbourg, mais d’une foule d’autres groupes, avant et après, à Aurillac et à Strasbourg, fanzineux donc mais aussi dessinateur de bédés et chroniqueur dans toute une flopée de fanzines, plus ou moins connus, mais qu’est-ce que le fait d’être connu a à voir avec le talent ? Cerise sur le gâteau, Grosbert est un conteur né ! Qu’il raconte la traversée du Cantal en stop pour aller voir Vince Taylor à Saint-Flour ou sa dernière visite au tabac du coin, c’est toujours une véritable histoire, une belle histoire ! Et c’était déjà comme ça quand on avait 15 ans,… Ça aurait été trop con de ne pas en faire profiter un peu plus de monde ! Mais comme je le dis à chaque fois chez aucune des personnes que j’ai interrogées il n’y a de nostalgie « mal placée », du genre c’était mieux avant et tout ça, ça m’aurait gonflé, je n’aurais pas su quoi en faire. Tout le monde est relativement bien calé dans le présent, même en parlant du passé…

Grosbert-01

L’idée d’éditer un bouquin retraçant les heures de gloire du Rock and Roll à Aurillac, c’était pour clouer le bec aux aveyronnais ? As-tu été épaulé pour cette action ?

Embêter les aveyronnais ? ça aurait été tentant, on aime bien se taquiner entre voisins, mais comme Thierry est aveyronnais et qu’il m’a encouragé dès le début, ça ne serait pas fair-play de dire ça ! En plus eux ils pensent qu’on a eu plus de chance qu’eux déjà,… Mais sinon le sujet du bouquin n’est pas le Rock’n’Roll à Aurillac, le sujet c’est « Fraction Waw Ltd » (NDLR : Tout à fait exact, surtout qu’il est aussi question de Strasbourg… Entres autres !), juste forcément ça dérape pas mal dans cette direction-là, vu que c’est là que tout a commencé pour Grosbert et que ses principaux complices, FJ Ossang, Maladie Wargasm, sont aurillacois comme lui,… Enfin lui il te dira qu’il est de Marseille pour l’état-civil mais sa deuxième naissance, grâce au Rock’n’Roll, c’est à Aurillac qu’elle a eu lieu. C’est d’ailleurs marrant, selon le point de vue, les gens voient le livre comme un livre sur Aurillac, sur Strasbourg, sur A Bomb, sur Grosbert, sa vie, son œuvre, un hommage à son grand-frère, décédé récemment, le rock en France aux débuts des années 80, le rock’n’roll en général, le punk, les fanzines,… C’est très variable et j’avoue que c’est un peu de ma faute, puisque j’ai laissé les gens qui ont participé penser un peu ce qu’ils voulaient, histoire de voir ce qu’il en sortirait. Il y avait une idée de départ mais plus que certaines choses, c’était certaines personnes qui devaient être dans le livre, elles y apportent des choses qui leur sont propres et qui au fur et à mesure changent le livre. A chaque mot, à chaque phrase,… Jusqu’à maintenant les retours semblent dire que ça tient la route, que c’est cohérent, c’était ce que je voulais quand même… Même si chacun y voit un peu ce qu’il veut,… Ce qui n’est finalement pas si mal, comme dans une photo, un tableau,… Quelqu’un qui n’a rien à voir avec tout ça et qui l’a lu m’a dit qu’il avait l’impression de feuilleter un album de famille,… Y’en a aussi ! Grosbert, grand lecteur de Borgès, l’appelle « le Livre du Grand Tout », c’est pour dire !

Quand tu as commencé à réaliser les interviews, avais-tu déjà dans l’idée de laisser libre parole aux interviewés ? Les laisser raconter, conter ? Ou bien avais-tu préparé tes questions ?

Oui, laisser parler les gars, les laisser raconter ce qu’ils voulaient, bien sûr,… Après j’avais peut-être dans l’idée de faire le tri, je ne savais pas trop ce qui allait sortir, mais de toute façon ça paraissait plutôt simple, interviewer Grosbert, compléter avec les autres et puis voilà,… Je n’avais pas pensé qu’on ferait aussi long avec Grosbert,… Et aussi bon ! Parce qu’il n’y a pas de répétition dans ce qu’il raconte, ça se tient, c’est clair, c’est drôle, ça ne part pas dans tous les sens… Après avoir tapé l’interview, je l’ai relue, je l’ai fait relire à Grosbert et on est tombé tout de suite d’accord qu’il n’y avait rien à jeter. Ça a été fait d’un trait, sans interruption, sans trucage j’ai envie de dire ! C’était un peu comme quand on s’asseyait autour d’un pack dans la cuisine chez les parents de Grosbert ou ailleurs, et celui qui avait une bonne histoire à raconter, la racontait, les autres écoutaient et attendaient leur tour pour parler s’ils en avaient une bonne aussi. Y’avait le temps et pas forcément autre chose de mieux à faire. « Que ceux qui savent expliquent à ceux qui méritent ! ». Je n’avais pas exactement préparé les questions, mais j’avais noté quelques trucs quand même, à ne pas oublier, plutôt une liste de courses que de questions ! On ne s’était pas vu depuis longtemps et on est restés ensemble 2 jours à picoler et se raconter des conneries avant de faire l’interview elle-même. On n’a pas répété, juste passé du temps ensemble. Après, pour moi il est devenu quasi-obligatoire d’interroger les autres en prenant comme base de départ l’interview de Grosbert, sinon ça allait partir en vrille direct ! Donc je leur ai fait lire ce qu’avait dit Grosbert avant de les voir, comme ça ils ont eu un peu de temps pour y penser (y’en a qui ont eu la flemme,…) et j’ai posé des questions en partie en fonction de ce qu’avait dit Grosbert. Pas seulement, plus comme une base de départ pour engager la conversation. Mais encore une fois c’était plus sur le ton « et l’histoire qu’il raconte là, Grobs, tu y étais ? Ça te cause ? ». Pareil, sur le ton de la conversation, sans effets foireux pour essayer d’avoir l’air plus malin et de savoir des trucs inédits ! Je ne vais pas jouer au journaliste quand je cause avec des amis d’enfance ou mon propre frère quand même !! Ca ne serait pas trop bidon ? Bien sûr que si ! Ni avec eux ni personne d’ailleurs ! Quand je faisais mon fanzine ce n’était pas pour jouer au journaliste non plus, c’était pour faire avancer nos trucs et le faire différemment des « professionnels »,… Pas faire ce qu’ils faisaient en amateur, ni moins bien,… Plutôt essayer autre chose, faire les choses différemment, en y mettant plus de cœur au moins ! Je ne dis pas que c’était toujours réussi, mais au moins on essayait, non ? Je suis resté sur cette idée-là pour le bouquin, plus un truc au feeling,… C’est pas un boulot pour moi, juste un truc que je voulais faire, peu importait la forme à la fin… On s’est bien marré et je peux te dire que ça continue !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La distribution « DIY » de « Fraction Waw Un-Limited » à travers l’hexagone, ça se passe bien ? Comment procèdes-tu ?

J’ai envie de dire que ça ne se passe pas mal, merci ! Je passe par les potes et les potes de potes… Sur Paris c’est facile, je me pointe je raconte mon histoire, je discute directement, les mecs sont intéressés ou pas, j’essaye et les gens écoutent, je passe de temps en temps, ça le fait. Pour la province évidemment c’est plus compliqué mais je fais confiance à ceux qui savent. Idéalement je passe par un pote ou quelqu’un sur place qui a lu le bouquin et qui l’aime bien qui se charge de le proposer en dépôt quelque part et de garder un œil dessus,… ou de le distribuer lui-même, comme La Distro Mobile à Rennes ou Arnaud Kraspek de Distro Jim. J’en ai tiré 350 exemplaires, c’est peut-être beaucoup, mais ce n’est pas assez pour en balancer au pif dans tous les magasins de France. Si je fais ça, une fois que j’aurai tout envoyé, je ne pourrai plus rien faire et je ne pourrai même pas contrôler s’ils ont été vendus ou pas… Si j’en avais fait 200 par exemple, entre la centaine déjà vendue et ce que j’ai déjà mis en dépôt à droite et à gauche, il m’en resterait 10. 200, c’est à vu de nez le nombre de personnes qui devraient être intéressées directement par le livre, Aurillacois, Strasbourgeois, Parisiens, familles, amis,… Maintenant, ceux-là, ils n’y a pas besoin de le leur amener sur un plateau près de chez eux, la difficulté est de leur faire savoir que le livre est sorti ! Tout le monde s’est un peu éparpillé au fil des années, mais dès qu’ils sont au courant, ils sont preneurs, on peut me le commander directement (sur www.yessessgot.fr) ou passer un coup de fil à Grosbert à Strasbourg, c’est vite fait. C’est vrai que je n’ai pas encore de point de vente à Aurillac, mais c’est parce que j’y vais très peu et je bosse sur un truc là-bas pour la rentrée. Mais déjà je peux passer par les potes,… En plus c’est assez marrant à faire, placer le bouquin, le « vendre », parce que c’est sur le mode détendu,… J’ai toujours dit « eh moi j’ai rien à vendre ! » avec mon fanzine gratuit d’autrefois,… Ben là, si ! Un bouquin ! Et, si bien sûr ça serait classe de récupérer la thune mise dans sa réalisation (même s’il vaut mieux se dire au départ qu’on ne récupérera pas un euro), c’est l’idée de trouver le bon lecteur pour le bouquin, comme du temps du fanzine,… Le Bar’zines 4 à Montreuil en juin dernier, c’était top pour ça ! On recommence en septembre d’ailleurs (le 10 septembre, dans le 20ème à Paris), si ça tient toujours et Grosbert sera là pour assurer les dédicaces illustrées !

Une campagne d’affichage massif de dessins de Grosbert est-elle prévue en partenariat avec J.C. Decaux ?

Alors figure-toi qu’avant le 4èmeBar’zines à Montreuil, j’y ai pensé ! Mais on était déjà le weekend et j’arrivais pas à joindre J.C.,… pas grave je me suis dit, je vais juste faire tous les abris-bus de chez moi au square de la république avec la superbe affiche 60×80 de la couverture du bouquin et puis je verrai ça avec lui lundi matin. Manque de bol, je ne me suis pas réveillé assez tôt… En vrai, je me suis dit que ça serait peut-être un peu lourdingue comme promo ! Ah, j’avais prévu de bomber « DELENDA POLIS » autour de l’affiche, histoire de détourner les soupçons vers Aurillac,…

Kronenbourg-City-Rebel

N’as-tu pas peur que le récent décès de Max gallo ne fasse de l’ombre à ton ouvrage ?

Non, pas du tout, allongé comme il est maintenant, il faudrait vraiment porter le cercueil très haut pour qu’il puisse faire de l’ombre à qui que ce soit !

Iras-tu présenter « Fraction Waw Un-Limited » à la grande Librairie ?

Késaco ? Une émission de télé j’imagine ? J’ai plus la télé depuis bien longtemps,… C’est un piège ? C’est une émission de merde ? Ah je ne sais pas, en tout cas si j’y vais, j’y vais avec Grosbert ! Vous voudriez savoir si je serais prêt à une compromission de ce genre pour faire parler de moi ou vendre le bouquin ? Non, je ne pense pas ! Franchement, le bouquin c’est 350 exemplaires, je peux probablement les vendre tout seul en faisant du porte-à-porte si vraiment il faut que je récupère mon blé, ça me prendra un peu de temps mais ça le fera, mais si demain un grand magazine ou une émission de télé ou ce que tu voudras qui touche des centaines de milliers de personnes en parle pour en dire du bien,… Les mecs qui voudront l’acheter, ils iront où ? Ils appellent Kraspek ? Ils passent au prochain bar’zines ? Chez Fatalitas à Montreuil ? Au rideau de Fer ? Non, ils vont aller à la FNAC et pis y’aura pas ! J’aurais dû démarcher la FNAC ? Tsss,… Déjà je l’ai mis sur Amazon, mais alors vraiment pour les gens qui ne sortent plus de chez eux et auraient peur d’envoyer un chèque à un parfait inconnu,… Sorti de ça, à aucun moment je n’ai vu ça comme un truc qui devrait passer chez Pivot (ne me dites pas qu’il est mort lui aussi ?) ou être vendu à des milliers d’exemplaires,… Son public, c’est quelques centaines de personnes, je suis en train de leur mettre la main dessus, tout va bien ! En vrai Grosbert en a envoyé un à Rock’n’Folk, il y tenait (et le bouquin semble s’être perdu, d’ailleurs) et moi un à Fluide Glacial, on y tenait tous les deux. Sorti de là…

 

 

« Lobotomy Contingent Productions » a été créé juste pour la sortie de cet ouvrage ? D’autres projets en vue ? une compilation regroupant les groupes d’Aurillac ou voire même du Cantal, soyons fous (mais pas l’Aveyron, hein ?) ? Ressortir l’intégrale de A-Bomb ?

« Lobotomy Contingent », ça existe depuis le début de « Gabba, Gabba, Fuck ! », c’est même écrit dessus !  Je ne m’étendrai pas sur la nature de la structure, c’est un peu trop technique pour une revue légère comme la vôtre, mais c’est du même niveau que la « Kronenbourg City Rebels Army », l’ « Aurillac City Rockers Inc. », le « Déraille-Contrôle Crew », la « Fraction Strasbourg Aga Rioters » et j’en passe… D’autres projets en vue ? Un autre oui, mais d’opportunisme simple, une occasion s’étant présentée, avec une date de péremption, et c’est déjà bouclé, imprimé, terminé, stocké à la cave ! Je n’en parle pas pour l’instant, pour ne pas interférer avec « Fraction Waw UnLimited» , une seule chose à la fois et surtout ce n’est pas du même niveau, pas aussi « ambitieux » on va dire… Pour ce qui est d’une compilation Aurillac, Cantal, Aveyron ou tout ce que tu voudras, non, jamais, ça ne me viendrait même pas à l’esprit ! Il y a des gens qui connaissent bien mieux le sujet que moi et il y aurait surement pas mal de matière, mais je n’habite même plus là-bas depuis 1983, franchement ce n’est pas à moi qu’il faudrait demander de faire ça. Mon frère qui a participé à énormément de groupes là-bas serait bien plus capable, mais,… Non, comme on dit un vieux qui meurt c’est une discothèque qui brûle ! L’intégrale d’A Bomb ? Intégrale ? C’est un seul album ! Bon, comme le dit mon frère ils ont sorti un album « eux » ! Et quel album ! Oui vous allez me dire que jamais personne autour de vous ne vous en a jamais parlé et tout ça,… Ce n’est même pas vrai ! Ça fait 30 ans que Thierry en parle dans son fanzine, qu’il en fait des k7s, des CDs à tous ceux qui lui en font la demande, vous ne le lisez pas ou quoi ? il va être déçu ! Ok, je reconnais que ces derniers temps je me tape pas mal de visites chez des disquaires et effectivement, même des gens dont c’est le boulot de collecter des vinyls  et de les dealers, personne ne semble vraiment connaître… La faute à pas de chance, il est bien sorti à 3000 exemplaires en 1986 chez Devil’s Records, un sous-label de Madrigal mais il semblerait qu’ils aient fait faillite dans la foulée,… d’après Grosbert. Du coup ils n’ont pas eu droit à la promo qu’ils en attendaient et qui aurait du les faire décoller proprement,… Le rock est plein d’histoires comme celle-là. Alors ressortir l’album ? Un vieux rêve de Thierry, mais comme le dit Grosbert, y’en a 3000 dans la nature, on peut les trouver, pas besoin de le ressortir ! Ce n’est pas tout à fait vrai, puisque la plupart de ceux qui l’ont, le garde pour eux ! Après, le batteur est mort, le bassiste a disparu, un peu compliqué au niveau des droits. Le sortir en pirate dit Grosbert ! Mais non, ça ne serait pas juste… Et puis pas mon truc, l’album existe, on est nombreux à dire qu’il est formidable, on n’est pas forcément tous objectifs c’est sûr, mais si vous nous croyez, vous, et que vous le cherchez, vous finirez par le trouver (vous pouvez l’écouter à la Médiathèque Musicale de paris, il y est, par exemple…) et vous ne le regretterez pas. Si vous ne nous croyez pas, alors… Pourquoi je me fatigue ? Mais dans l’Est tout le monde se souvient de A Bomb quand même ils ont fait des tonnes et des tonnes de concerts, il y a même des bleds où les gens ont gravé 1981-1986 sur les monuments aux morts !

Grosbert-02

Imagines-tu ton livre en bibliothèque : en l’absence de nom d’auteur, où le classe-t-on bordel ???

Ah mais il doit déjà être à la fanzinothèque pour commencer, ensuite oui pourquoi pas, tout le monde ne peut pas acheter tous les livres qui sortent ou qui les intéressent, la bibliothèque c’est pour que ça soit à disposition de tous, gratos, j’approuve ! Pour le ranger ? Ouais bon, dans les inclassables au pire, mais le rayon musique ça le fait… Ou bien ce qui vous titille vraiment c’est que je n’ai pas mis le nom de l’auteur sur la couverture ? Que je ne l’ai « pas signé », comme dit Grosbert ? Alors je l’ai signé hein ? A la fin de l’introduction « Bières, Nouilles et Rock’n’Roll », déjà ! En vrai, je l’aurais signé si j’avais tout écrit là-dedans, mais je n’ai fait que scanner, mettre en page, interroger les gens, transcrire les réponses, voilà, du travail de stagiaire quoi ! Pas d’auteur ! Mais sinon, j’assume, c’est bien moi qui ai « pondu » le bouquin à défaut de l’avoir « écrit » ! En vrai Grosbert il a peur que les gens pensent que c’est lui qui a écrit un livre à sa propre gloire en faisant semblant d’être quelqu’un d’autre ! Moi j’ai toujours supposé que personne ne se poserait la question de « l’auteur », je me trompais, ça revient tout le temps.

Tu sembles avoir croisé Thierry de REST dans ta vie. Confirmes-tu définitivement ? Dans le milieu on l’appelle l’Arlésienne, beaucoup entendu parler, jamais rencontré.

Ah mais oui, quand j’étais jeune on s’est vu plusieurs fois,… Il n’est jamais venu à Aurillac nous voir, c’était son pote Gégé le voyageur dans le duo ! Mais moi j’ai été là-bas, on s’est vu à Sexcles et puis en 2010 quand on a repris contact je suis passé à Rodez et on a bu des bières ! Non, il existe bien, je vous rassure, de char et d’os, enfin il m’a toujours semblé,… Je ne dis pas qu’il n’ait pas peut-être plusieurs identités, plusieurs vies, mais dans tous les cas je pense qu’elles sont bien remplies ! Par contre ce n’est pas du tout vrai qu’il ai le don de soigner la surdité par imposition des mains sur la joue, ça c’est juste parce qu’il aime bien donner des baffes quand on lui pose des questions idiotes !

Ethylic-Tapes

Tout le monde se reforme. Alors, pour quand la prochaine K7 du label Ethylik Tapes ?

A priori, jamais, ils font plus les cassettes, si ? Mon lecteur est dans un drôle d’état en plus,… Enfin il marche quand même… Ah, c’était tout une affaire ça, un label de k7 ! Bien rigolé là aussi ! Eh, Maladie Wargasm/Raff/Karnage, la première,… non, j’ai pas gardé la trace de combien y’en a eu de vendues, j’aurais dit 200, mais c’est pas sûr, j’ai un ticket de caisse du mammouth d’Aubière pour 105 francs de k7 vierges, les compte du premier tirage de 50 exemplaires épuisé en quelques mois,… Tiens OMG ils me doivent du blé ? Après il y a quelques années y’a une punkette aurillacoise de 13 ans qui m’a contacté pour savoir si on pouvait encore se la procurer, je lui ai dit de m’envoyer une k7 pour lui faire une copie (je faisais ça au bout d’un moment, pour ça que je ne retrouverai pas le nombre de copies distribuées) et puis j’ai plus eu de nouvelles… Apparemment Maladie Wargasm est devenu un groupe de légende là-bas au moins ! Le reportage de FR3 Auvergne de janvier 84 y est pour beaucoup et si tu regardes entre l’INA, Youtube et DailyMotion déjà tu as 4000 vues, un truc qui a été reposté pas mal de fois en plus,… Pas vue que par des Aurillacois, à Born Bad quand je me suis pointé pour placer mon bouquin, c’est au nom de Maladie Wargasm que le mec a percuté, il connaissait. De là à ce qu’ils se reforment, non, j’ai posé la question hein ? Alors je viens de retrouver le guitariste, Pierrot, dit « le Rob’ » ou « le Robot », c’est déjà ça, mais comme dit mon frère, il faut s’accrocher pour les jouer les morceaux ! Bref ce n’est pas à l’ordre du jour, mais on ne peut jurer de rien, il y a de la demande quand même, et y’a des k7s qui refont surface, tout est possible,… Mais les reformations, c’est cool, les gens se font plaisir, comme je disais plus haut on n’oublie pas les bons moments qu’on a passé dans sa jeunesse, normal de vouloir parfois les revivre ou les faire revivre le temps d’un concert. En plus, les jeunes poussent à la roue, ils sont demandeurs, alors y’a pas de raison, franchement c’est cool. Et il vaut mieux maintenant que dans 20 ans, sinon il faudra des monte-escaliers « jean Lefebvre » en bord de scène !

 

 

On attend toujours le n°22 de « Gabba, Gabba, Fuck ! », verra-t-il le jour avant l’aube du troisième millénaire ?

Encore une fois vous ne lisez pas vraiment REST, les gars ! Le numéro 22, avec ses 2 ou 3 pages blanches, je l’ai sorti en 2010 ! Y’avait juste à m’envoyer une photo de vous de l’époque et une de vous maintenant pour le recevoir ! Ah ! Ah ! Le principe étant toujours le même, puisqu’il était gratos le lecteur n’avait qu’un tout petit effort à fournir, mais un effort quand même,… Bon, y’a qu’un mec (ou deux ?) qui l’a fait ! Thierry voulait le donner avec son numéro 24 dans lequel il m’interviewait, mais j’ai pas voulu faire le cadeau Bonux,… Du coup j’ai bien vu que j’étais pas aussi connu que ce qu’il voulait bien me dire ! Du coup, avant le prochain millénaire ? Pas sûr…

Gabba-Gabba-Fuck

Emission de radio, fanzine, photos de concerts, tu n’as jamais eu envie de taquiner l’instrument ?

Si vaguement, au début, quand tout le monde s’y est mis mais j’étais gaucher et je ne comprenais rien à ce que mon frère m’expliquait, alors de là à le faire en tenant la guitare à l’envers ! Je me suis dit que c’était pas pour moi et je suis passé à autre chose ! J’ai quand même fait partie d’un groupe, « Les derniers » ! Avec le frère de Grosbert et le guitariste de Maladie Wargasm, mais c’était quand on voulait faire un 45t « Aurillac City Rockers » avec 2 groupes sur chaque face comme la compil’ de RIPOST à l’époque et on n’avait que 3 groupes, d’où le nom… Puis après on a trouvé un 4ème groupe, puis on a laissé tomber,… Ah ! Ah ! Ah !

Tu dois avoir une sacrée collection de clichés de concerts, je pense notamment à OTH que tu as suivi lors d’une tournée (si mes souvenirs sont exacts). A quand un ouvrage d’une sélection de tes photos « live » sur Lobotomy Contingent Productions ? Tu es rodé maintenant.

Oui je suis rodé, c’est vrai ! Et oui c’est vrai j’ai un bon gros paquet de photos de 86 à 93, mais les premières années ne comptent pas vraiment j’étais très mauvais ! Meilleur sur la fin, mais pas toujours très sérieux ! Enfin, dans le lot il y a de quoi faire. OTH oui bien sûr, y’en a plein sur le live de 88, sur leur site officiel et dans la vidéo du DVD qui est sortie y’a pas longtemps. Quand les groupes me retrouvent et me demandent je dis toujours « oui », si c’est bien moi qui ai pris les photos, ce sont leurs tronches qui sont dessus, ça leur appartient autant qu’à moi, je les leur file et ils en font ce qu’ils veulent. Tiens même, j’y pense j’ai dû en vendre à Rock’n’Folk à l’époque,… Oui d’Henry Rollins, personne n’en avait, j’étais le seul assez cinglé pour faire des photos au théâtre Dunois lors de son premier concert à Paris ! Enfin je crois ! Je peux dire bonjour à Warhead au passage ? Salut Warhead ! Des gens super, ils me laissaient rentrer, me filaient un passe pour faire des photos quand il en fallait un, voilà, juste pour un pauvre fanzine gratuit photocopié comme le mien ! La classe ! Rencontrés sur la première tournée d’OTH que j’ai suivie, ce que ces gens-là on fait pour le punk-rock en France, putain eux ils pourraient écrire un livre,… Tiens c’est une idée ça ! Bon, mais un bouquin avec une sélection de photos ? Ben dès qu’on est passés à La Grande Bibliothèque avec Grosbert, que Fraction Waw Un-Limited est en vente dans toutes les FNAC de France et que la première traduction finlandaise est sur les rails, je me penche sur la question, promis !

En parlant de photo, ta dernière exposition date de plus de dix ans, en as-tu une nouvelle en préparation ?

Ah oui, j’en ai une de prête même, depuis plus de 10 ans aussi ! Non, c’est vrai mais je sais pas y’a eu quelques changements dans ma vie qui ont fait que j’ai eu un peu moins de temps à consacrer à tout ça, et puis le temps passe et tout et tout, c’est plus une priorité ! C’est marrant les expos, sympa de montrer ce qu’on fait, d’en discuter,… Bon, ça se fait sur internet maintenant, mais un likec’est jamais pareil qu’un coup de rouge à délirer sur une photo avec un parfait inconnu. Pour ce qui est des expos, je suis passé de « je m’en fous de montrer mes photos » à « okay pourquoi pas ! » et à « ben ça c’est fait ! »… C’est bien de n’écouter personne, c’est bien de montrer ce qu’on fait et d’en parler, c’est bien aussi d’écouter les critiques, et les expos c’est bien pour ça. Même été sélectionné pour le salon des Jeunes Créateurs de Montrouge je sais plus en quelle année. Sympa, ça te donne une idée du niveau théorique que tu peux avoir,… Mais au-delà,… Je faisais des photos pour moi, se confronter aux autres permet effectivement de progresser, mais là, je ne fais plus de photos, donc pas de progrès, donc pas d’expos !  Et pas de regrets, je n’aurais pas pu être un grand photographe, je Suis un grand photographe,… Enfin, d’après des amis à moi qui sont hyper-sympas et tout,….

Grosbert-03

Quand tu ne bois pas du vin naturel, continues-tu à arpenter les concerts, avec ta « musette kaki » qui contenaient les « Gabba, Gabba, Fuck ! » et sûrement ton appareil photo ?

Eh bien la réponse est non, là encore ! Pas du tout et quand je visualise le truc, je crois que je ne regrette pas ! En fait j’ai arrêté de faire des photos de concerts en 93, quand je suis tombé sur un groupe français qui faisait 200 entrées à Paris et qui avait une attachée de presse qui voulait savoir pour qui je travaillais avant de m’octroyer un laissez-passer,… Un malentendu bien sûr, mais ça m’a fait réfléchir sur où tout ça nous avait amené. Tout avait été tellement libre jusque-là et tout était devenu tellement encadré, quadrillé, organisé, par des gens qui n’étaient là que pour le business, que… Non, mais franchement, j’allais pas continuer à participer à ça, pire, finir par en faire partie peut-être un jour ! Par contre le premier concert que j’ai vu sans faire de photos – celui-là même – je me suis fait chier ! Bon, ok, j’étais pas de bonne humeur et je pensais à ce que je viens de raconter, mais quand même, être en bord de scène à essayer de faire mon trou au milieu des premiers rangs, m’accrocher aux retours pour cadrer, ça m’a manqué direct. Mais j’avais décidé, ce serait sans moi, le rock’n’roll-business-music-circus, donc,… j’ai arrêté d’aller voir des concerts,… Sauf les potes hein ? Et eux je leur faisais toutes les photos qu’ils voulaient, eh oh ! Pour la cause quoi ! Je suis passé à autre chose, pas un problème et j’ai même fait des progrès en photo. Ca aussi c’est chiant, tu montres une photo moyenne d’un groupe à quelqu’un « Wouah !!! Génial ! Super ! », tu te rends bien compte que c’est le groupe qui est génial, super, et tout ça, loin devant ta photo, ton boulot, dans l’œil du fan de base,… Je me suis mis à photographier des portes, pendant un moment, jusqu’à ce qu’on me dise « pas mal tes photos de portes ! », du coup j’ai voulu être sûr, j’ai photographié des fenêtres, comme ça le faisait toujours, je me suis dit ok, là au moins tu as avancé et je suis passé à encore autre chose…Du coup, pour que j’aille voir un concert et que je supporte de ne pas fumer pendant 2 heures, il faut vraiment que ça soit du lourd, genre La Souris Déglinguée ou Jello Biafra, au moins ! Et encore, pas n’importe où ni à n’importe quel prix ! Et j’y arrive sans avoir envie de prendre des photos, je suis guéri ! Sans passer par l’imposition des mains d’aveyronnais sur la joue,… Ah et le seul vin naturel que je boive c’est du Puzelat frères, mais est-il bien naturel ? Je sais pas, … passé 3 ou 4 bouteilles j’ai vraiment de drôles de sensations !

Pour conclure cette interview, tu as le champ libre, raconte ce qui te passe par la tête… ce que tu voudrais immortaliser dans L’hirsute pour la descendance… A toi de jouer !!!

Que je m’adresse à la postérité ? C’est ambitieux ! Thierry de REST il m’aurait demandé mon film de Fernandel préféré,… Eh bien, j’ai envie de dire : « achetez le bouquin s’il vous plait ! » C’est pas pour rester propre ou pour manger mais c’est pour pouvoir acheter encore du Puzelat frères, surtout du rouge,… mais quand même le blanc est pas mal … Non, je ne peux pas répondre sérieusement… désolé ! Juste merci à tous ceux qui ont filé un coup de main pour le bouquin, d’une façon ou d’une autre et  qui  continuent à le faire avec enthousiasme. Merci à ceux qui l’ont acheté ou volé, lu et recommandé autour d’eux ! Merci à tous ceux qui s’y sont retrouvés, qu’ils soient effectivement dedans ou pas loin ou pas du tout !…et s’ils s’y voient, c’est pas mal déjà ! Merci à ceux que ça a fait rigoler ! Merci à ceux que ça a fait pleurer… Y’en a moins quand même,… tant que ce n’est pas de consternation, ça va ! Enfin voilà, j’espère avoir pu amener un peu de joie dans ce monde si dur, si difficile, avec toute cette misère qui y’a partout dans des pays où pourtant il fait tout le temps beau quand chez nous y’a plus de saisons,…. Ah ! Ah ! Putain, voilà je vais faire ça maintenant que je suis un écrivain reconnu, écrire les discours des Miss France !!!

Grosbert-04

L’Hirsute remercie Laurent Cassagne d’avoir répondu à nos questions et d’avoir retourné les réponses à vitesse grand V, et Grosbert le Malfrat pour ses dessins.

Contacts :

https://yessessgot.wordpress.com/

https://www.facebook.com/FractionWawUnlimited

Warren Bismuth et John Hirsute

Fraction-Waw

Listes des lieux où vous pourrez vous procurer « Fraction Waw Un-Limited » :

Librairie Parallèles, 47 Rue Saint Honoré, 75001 Paris.

Born Bad Records shop, 11 Rue Saint-Sabin, 75011 Paris.

Librairie Le Monte en l’Air, 2 rue de la Mare, 75020 Paris.

Le Rideau de Fer, 12 rue André Del Sarte, 75012  Paris.

Fanzinerie Fatalitas, 3 rue Edouard Vaillant 93100 Montreuil.

33&Co, 49 Grand’rue, 67000 Strasbourg.

Mélomane, 2 Quai de Turenne, 44000 Nantes.

Librairie Vent d’Ouest au Lieu Unique, 2 rue de la Biscuiterie, 44000 Nantes.

Cinémusic, 55 rue Georges Clémenceau, 35400 Saint-Malo.

La Fanzinothèque, 158 Grand’rue, 86000 Poitiers.

Undersounds, 6 rue de Gorre, 87000 Limoges.

Librairie le Point-Virgule, 14, rue des Carmes, 15000 Aurillac.

Espace Culturel E. Leclerc, 1, Bd de Verdun, 15000 Aurillac.

La Face Cachée, 6, rue de Lancieu, 57000 Metz.

Rolling Rock, 3, rue du port, 63000 Clermont-Ferrand.

Armadillo, 32, rue pharaon 31400 Toulouse.

Egalement auprès de distributeurs itinérants :

Motor Books & Psychozines, Gestalt, La Distro Mobile (Rennes), Distro Jim/Kraspek (Brest), Euthanasie Records, MUNDODRAMA distributeur exclusif pour l’Aveyron !

Publicités