William T. VOLLMANN – « Fukushima – Dans la zone interdite »

 

Court récit témoignage de ce journaliste et romancier Etats-Unien auteur de très nombreux livres, un travail d’investigation sur le terrain. Peu après le tsunami au Japon de mars 2011 et la catastrophe de Fukushima qui en résulta, VOLLMANN décide de se rendre sur placer pour faire part de ses impressions. Voyage, arrivée au Japon, puis approche lente de plus en plus près du réacteur accidenté. Muni de son dosimètre, VOLLMANN rend tout un travail journalistique militant, interviewant les victimes rescapées, celles qui ont perdu leur maison, des proches, une partie de leur vie. Malgré ces témoignages terribles qui pourraient mettre mal à l’aise, l’écrivain réussit à insérer une forte dose (radioactive) d’humour qui permet de dédramatiser la situation, pas l’oublier, seulement la rendre plus humaine, plus compréhensible, moins tendue. Le début du livre est basé sur le côté technique du nucléaire, un langage pouvant nous apparaître comme abscons. Puis les autochtones, par leurs propos, leurs émotions, le recentrent vers une impression plus émotionnelle, moins abstraite. Le tout est agrémenté de quelques photographies prises sur place. Un témoignage fait sur le vif du sujet, sans recul, donc forcément très instructif sur tout ce qui a pu se dérouler à l’instant T. Paru chez TRISTAM en 2012, ce récit est une alerte de plus sur les dangers du nucléaire civil, invisible et inodore.

(Warren Bismuth)

Publicités