LA FRAICHEUR DES CAFARDS – N°05 – Fanzine – 86 pages

A partir du N°05, LA FRAICHEUR DES CAFARDS rejoint l’équipe de SIN’ART. SIN’ART est une association, créée en 1998 et basée à Besançon, qui s’investit dans l’édition de fanzines et de dvd. Une base de données importante est consultable sur leur site web pour se tenir informé de tout ce qui se passe autour du cinéma de genre. SIN’ART dispose d’un catalogue VPC consistant et vous avez même la possibilité de leur soumettre une liste de films ne faisant pas partie de leur VPC. Revenons à nos Dictyopteras, au cours de la lecture de ces 86 pages, vous pourrez outre vous couvrir d’hémoglobine avec le « cinoche des jobards » et un dossier qui ne manque pas corps sur Frank Henenlotter (« Brain damage », « Basket case », « Frankenhooker », « Bad biology »…), ainsi que des chroniques de DVD sanguinolents et un « report » sur le « Bloody week-end 2015 » à Audincourt. Avec « la télé des tocards » vous (re)découvrirez les séries « Twilight Zone » (1959-1964) et « The X-Files saison 10 ». Mais oui c’est prouvé scientifiquement, les cafards apprécient la musique ! Et surtout « la musique des connards » qu’ils soient du Pérou avec LOS PROTONES et leur Surf-Rock énergique ou de Grèce avec le label GREEN COOKIE RECORDS, sans oublier la Floride avec le festival « The Fest 2016 » (un « report » en Floride raconté bien agréablement par des membres de l’association ROAD TRIP) à l’initiative du label « No Idea Records », avec 70 concerts en 5 jours et des chroniques axées Punk Rock, Hardcore, et Hardcore mélodique (NDLR : expression usitée par les plus anciens). Après le cinéma et la musique il était logique que la lecture fasse son trou dans LA FRAICHEUR DES CAFARDS, avec des chroniques plus ou moins avariées de fanzines et de livres nous délectant de thèmes chers à nos cafards préférés. Et pour conclure, « la chronique du vieux con : un caca dans l’placard » un vieux bougon (jaune ou vert ? sauve qui peut les cafards !) qui est irrité par toutes ces lois passées en catimini, par cette répression, par notre liberté grignotée au nom de l’état d’urgence. Et oui le cafard, pense, s’informe et s’irrite, mais attention car un cafard irrité peut se transformer en cafard révolté ! Et comme vous le savez le cafard est un insecte grégaire…

http://lafraicheurdescafards.blogspot.fr/

https://www.facebook.com/profile.php?id=100006323978168&hc_ref=SEARCH&fref=nf

 

John Hirsute

Publicités