Jacques JOSSE – « Hameau mort »

 

Jacques JOSSE et son climat si particulier : les relations entre vivants et morts, la Bretagne rurale, comme traditionaliste, le langage poétique, les allégories, les images « …décidé à l’idée de rejoindre la cohorte des dormeurs à redingote de terre ». Un court poème suivi d’un écrit entre nouvelle, récit et roman express, et un nouveau court poème (en prose) pour terminer. Des lignes qui se lisent avec grand calme, lenteur, on se laisse bercer par les phrases, le sens navigue. « Hameau mort » est l’écrit le plus long, avec ce narrateur qui se balade au gré du vent, parlant du port, des morts, des ivrognes. L’écriture est splendide, forte, et pourtant simple, sombre mais chaleureuse. Les observations des petits riens du quotidien, la nostalgie, la mélancolie, et pourtant un optimisme, une envie, un partage. La présentation est aussi intimiste que le contenu : couverture en pur coton , pas massicoté mais coupé, comme déchiré. Dedans, après l’utilisation du désuet coupe-papier pour ouvrir les pages, imprimées uniquement côté droit, quelques dessins à l’encre de Tanguy DOHOLLAU. Objet resplendissant paru en 2014 à « quelques centaines d’exemplaires » aux Editions Jacques BREMOND, pour un  trop court moment de pure intimité où le temps ne compte plus, où les morts viennent nous parler et les vagues nous fouetter. Et comme dirait l’autre : « Jacques Josse en son temps ».

 

(Warren Bismuth)

Publicités