CAVE NE CADAS – “No border // no nation” – LP – 2017 – (DEVIANCE RECORDS)

Celui-ci m’arrive en lien alors que L’HIRSUTE n°11 était déjà plus ou moins bouclé. Bon, on joue des épaules et on s’incruste juste avant le coup de sifflet final, on fait un doigt à la deadline pour vous parler de ce LP de CAVE NE CADAS, nouveau venu dans la scène anarcho-punk française, et pourtant ce ne sont pas des débutants aux manettes, ils ont déjà usé leurs guêtres sur diverses scènes internationales depuis des décennies. Le copinage m’incite aussi à prendre la plume (le clavier plutôt) à l’arrache puisque l’un des membres est un ami de longue date (même si l’on ne se voit plus guère, le cœur est toujours bien présent) et le label depuis moins longtemps mais quand même. Difficile de faire plus original que ce groupe rennais, une truie n’y retrouverait pas ses petits disait un vieux proverbe de mes contrées natales. Si le LP débute par un HC très moderne, très émotionnel, il se distend pour flirter vers d’autres horizons, très variés par ailleurs. Vous y retrouverez vos petits si vous aimez, et dans le désordre : le HC moderne, le HC métal, le fastcore, le (très !) neocrust, le sludge, le stoner, le jazzcore, voire le punk, j’ai même reconnu quelques riffs heavy-métal (sur le titre « Technology slaves » notamment). Oui, tout est là-dedans, une vraie compilation ! J’aime ces groupes qui prennent des risques musicaux. La voix est hurlée (très moderne) et les musiciens ne sont pas des manches (on évite le jeu de mots laid s’il vous plaît). Comment peuvent-ils s’y retrouver dans cet amas d’influences, c’est toute la question (vous voudrez bien nous envoyer au plus vite vos réponses par minitel). Le son est optimal et, devant autant de références, il paraissait compliqué pour CAVE NE CADAS d’accoucher de titres courts (puisque j’ai oublié de vous dire que les références notifiées ci-dessus sont présentes ensemble sur les titres), le timing des morceaux oscille entre 4 et 7 minutes. En écoutant cette galette, vous apprendrez que l’on peut projeter une ambiance musicale solide tout en jouant avec notre mémoire immédiate avec  des titres sans cesse changeants, certain.e.s y verront sans doute un gage de musique intellectuelle, pour ma part je me contenterai du terme « unique ». Et puisqu’on parle entre intellectuel.le.s, sachez que CAVE NE CADAS est du latin et signifie « la foule sans nom ». C’est mon moteur de recherche qui me le dit, j’ai tendance à le croire, étant peu tourné vers les théories complotistes. Même la pochette est très réussie, ça devient pénible. En tout cas CAVE NE CADAS explore un nouveau style, rassemblant justement des tas de styles, joue d’originalité, et rien que pour cela nous devrions leur offrir le Nobel  de l’anti-cliché. J’espère qu’ils ne m’en voudront pas de ne pas parler des textes, qu’à ce jour je ne possède pas encore. Mais sûr qu’ils sont bien ! J’ai peut-être fait dans le dithyrambe, mais ce groupe le mérite, les prises de risques ça vaut bien un papier enjôleur, non ? Foncez vers le lien ci-dessous.

https://cavenecadas.bandcamp.com/releases

 

(Warren Bismuth)

Publicités