Elise FONTENAILLE – « Les disparues de Vancouver »

Elise FONTENAILLE

Un fait divers bien sordide ici romancé par Elise FONTENAILLE. Au menu : une soixantaine de disparitions de prostituées, la plupart étrangères et jeunes, dans la ville de Vancouver à la fin des années 1990, plus précisément dans ce sinistre quartier de Downtown Eastside, dépeint un peu comme le East End du Londres d’il y a un siècle. L’auteure va régler son projecteur sur une certaine Sarah, qui va devenir le symbole de toutes ces femmes des rues. Chevauchant le fait divers, ce projecteur dévie parfois dans les ruelles sombres, nous faisant découvrir le quotidien d’un quartier chaud, où dope, putes, maques et hells angels régissent le vivre ensemble. De bons relents de corruptions, d’abus sexuels, ça pue la charogne à chaque page. Un petit coin de ciel bleu de temps en temps, avec ce type qui cherche à protéger les putes restantes, et tenter de percer le secret de la disparition des autres, car même les flics s’en contrebalancent, ces putes sont juste des truies pour eux, on ne va tout de même pas perdre un temps précieux à les faire rechercher, quand on baise pour du fric destiné à se procurer de la came, il faut s’attendre à des ennuis. L’écriture est simple, à vif, permettant de suivre facilement le déroulé imposé par l’auteure. Je vous laisse découvrir le charnier final, l’odeur est présente dans l’atmosphère saturée. Quant au procès, Elise FONTENAILLE vous en parlera elle-même, il réserve quelques surprises, pas toujours des plus agréables. Ce roman est sorti en 2010 dans l’excellente collection « Ceci n’est pas un fait divers ». 2010, Vancouver, ça ne vous rappelle rien ? Elise FONTENAILLE a sorti ce bouquin l’année des Jeux Olympiques de Vancouver, comme pour une piqûre de rappel, derrière le pain et les jeux se cache une tragédie.

(Warren Bismuth)

Publicités

Une réflexion au sujet de « Elise FONTENAILLE – « Les disparues de Vancouver » »

Les commentaires sont fermés.